Pour des os et articulations saines

Je souhaite revenir sur la question importante de l’ossification et de la santé des cartilages. Nous vivons aujourd’hui une période où le bon sens est perdu et où les pathologies du système ostéo-articulaire sont légion.

L’enfant et l’adolescent développent leurs os et cartilages, puis l’adulte maintient ce stock en place, par un renouvellement cellulaire constant. Un apport insuffisant chez l’enfant peut causer des troubles de la croissance mais aussi empêchera d’arriver à un bon pic d’ossification à 18 ans, ce qui est reconnu comme cause majeure de l’ostéoporose.

Ni le calcium du lait de vache ni le calcium synthétique ne sont une solution !! Personne n’a jamais fait de l’os avec du lait de vache. C’est le « paradoxe du lait », complètement prouvé par le célèbre Rapport Campbell (« The China Study », Prof. Graham Campbell) et d’autres études montrant que le lait amène l’ostéoporose. Le calcium de vache est d’une structure trop lourde, inadaptée à notre physiologie, et les protéines du lait sont transformées dans nos intestins en une bouillie hautement acide qui crée une déminéralisation majeure. Les protéines du lait sont en outre hautement toxiques une fois stérilisées par pasteurisation ou procédé U.H.T : elles se vrillent et par porosité digestive viennent se fixer sur les globules rouges, faisant ainsi baisser notre oxygénation tissulaire de 60% pendant 2h (travaux de l’Université de Harvard en Californie, 1982, publiés au New York Times de mai 1982).

Comment arriver à une bonne ossification et la maintenir ? Plusieurs conditions sine qua non sont à remplir :

  • avoir un bon équilibre acido-basique : l’acidose tissulaire provoque la fonte des os, notamment par le mécanisme dit « tampon de l’os » (neutralisation des acides circulants) mais aussi parce que l’acidose active l’activité catabolique (ostéoclastes). L’alcalinisation massive de notre alimentation permet d’éviter ou de corriger l’acidose et donc de créer des tissus nobles. Au contraire, l’alimentation actuelle, qui est acidifiante, riche en produits et sous-produits animaux, en aliments cuits et produits raffinés, et surchargée en amidons (graines et tubercules) favorisent l’acidose.
  • avoir une alimentation à haute teneur minérale, vitaminique et enzymatique. L’os ne se structure pas seulement avec du calcium : bien avant le calcium, il faut une teneur en silice importante (présente dans la peau des fruits et légumes notamment …) et en magnésium proportionnée (un excès de calcium provoque la fonte osseuse). Les minéraux doivent être « vivants » : ionisés ou chélatés sur un support végétal. L’idéal, ce sont les végétaux crus, bio, bien frais !
  • avoir un apport suffisant en acides aminés. Je n’ai pas dit en protéines animales (!!), car elles génèrent l’acidose. L’être humain est équipé pour digérer les protides de petite taille et les acides aminés libres : il faut des aliments compatibles avec notre système enzymatique. Les sources végétales sont adaptées à notre tube digestif : légumes secs après trempage (puis cuisson ou germination), oléagineux après trempage (pré-germination), algues comme la spiruline, le pourpier de nos jardins, … ; mais, bien plus simplement, les crudités et fruits frais bien mûrs sont riches en acides aminés, à un taux parfait pour l’organisme humain. C’est la cuisson qui détruit les protides et les rend inassimilables, d’où l’encrassement des organes digestifs et une incapacité à faire fonctionner le foie pour qu’il synthétise lui-même ses protéines. Le collagène qui est la trame de l’os se constitue facilement dans le foie (quand il est propre), au départ d’une alimentation végétale largement crue. Nous n’avons pas besoin de tuer les animaux pour prendre leur collagène.
  • avoir des glandes parathyroïdes en bon état (pour un bon équibre phospho-calcique), ce qui pose souvent problème de nos jours,
  • avoir une muqueuse digestive et une flore digestive en bon état, ce qui est également conditionné par ce que l’on mange !
  • aller au soleil et avoir un foie sain (pour la synthèse de la vitamine D),
  • ne pas consommer de médicament perturbant ces fragiles équilibres.

La question de l’ossification et de la santé des cartilages doit remettre en cause les habitudes alimentaires modernes !

Heureusement, il y a moyen de faire machine arrière et rétablir l’équilibre avec une complémentation phytothérapeutique et micro-nutritionnelle adaptée, mais il faut du temps et ne pas faire l’impasse sur un changement alimentaire important ! Manger sainement en savourant des mets délicieux, c’est possible !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.